ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Autres revues >>

Biofutur

0294-3506
Publication abandonnée
 

 ARTICLE VOL 25/264 - 2006  - pp.11-17
TITRE
BIORECHERCHE

RÉSUMÉ
L'aspirine pour le coeur des hommes et le cerveau des femmes. G. Andujar
Une méta-analyse vient de confirmer que chez les femmes aussi, l’aspirine diminue les risques de maladies cardiovasculaires. Hommes et femmes ne sont cependant pas égaux devant l’aspirine : elle réduit de 17 % l’incidence d’accidents vasculaires cérébraux chez les femmes et de 32 % celle d’infarctus du myocarde chez les hommes.

Un ancien rétrotransposon essentiel à la formation du placenta. M. Casselyn
Il est établi pour la première fois qu’un gène dérivé d’un rétrotransposon est indispensable au développement embryonnaire chez les mammifères via la mise en place du placenta. Ce gène, dont seul l’allèle paternel s’exprime, aurait ainsi participé à la divergence entre les ovipares et les euthériens il y a 92 millions d’années.

Découverte d'une protéine clé dans les états dépressifs. G. Andujar
Une équipe de recherche internationale vient de mettre en évidence que la protéine p11 joue un rôle majeur dans la médiation de la sérotonine dans le cerveau. Leurs travaux montrent aussi que la protéine p11 est liée au principal effet thérapeutique des antidépresseurs. Ces résultats font de la protéine p11 une nouvelle cible prometteuse pour de futurs traitements contre la dépression.

Le Plasmodium pisté in situ. J. Wierzbicki
La vie dans l’organisme des parasites responsables du paludisme n’est pas si linéaire qu’on le pensait. Après injection par les moustiques vecteurs de la transmission, une part non négligeable d’entre eux ne rejoint pas le foie mais se retrouve bloquée dans les ganglions lymphatiques, d’où les parasites seraient susceptibles d’influer sur les processus immunitaires.

Une glande mammaire complète à partir d'une seule cellule souche. G. Andujar
Les cellules souches responsables de la croissance et du cancer du sein ont été identifiées dans la glande mammaire de souris par des équipes de chercheurs australiens et canadiens. Cette découverte apporte un début d’explication pour comprendre comment le tissu sain du sein se développe. Mais elle pourrait aussi fournir des indices sur la manière dont le cancer du sein se développe, ainsi que sur la façon dont les cellules tumorales échappent aux traitements thérapeutiques causant des récidives, fréquentes dans ce type de cancer.

Des cellules souches embryonnaires humaines cultivées dans des conditions définies. G. Andujar
Des chercheurs américains ont mis au point un milieu de culture pour les cellules souches débarrassé de tout nutriment d’origine animale. Dans ce nouveau milieu, ils ont réussi à créer deux nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires à partir de blastocytes.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 2.5 €
• Non abonné : 5.0 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (285 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier