ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Autres revues >>

Biofutur

0294-3506
 

 ARTICLE VOL 25/263 - 2006  - pp.9-15
TITRE
BIORECHERCHE

RÉSUMÉ
Une voie immunitaire complémentaire dévoilée. G. Andujar
Une équipe composée de chercheurs français et suisses vient de mettre en évidence un mécanisme immunologique permettant de générer, à partir d’un antigène repéré par le système immunitaire, un antigène de taille plus petite. Ce stratagème a pour objet de faciliter la reconnaissance des éléments étrangers par les lymphocytes T. Cette découverte ouvre des perspectives d’investigations dans le domaine de l’identification des antigènes microbiens.

Un grand pas vers la compréhension des leucémies aiguës myéloïdes. M. Casselyn
Des chercheurs de l’Inserm ont démasqué un récepteur membranaire dont la mutation déclenche la malignité d’une certaine forme de leucémie aiguë myéloïde.

Les cellules de la moelle osseuse préparent les niches pré-métastatiques. G. Andujar
Une étude montre que les cellules de la tumeur peuvent mobiliser des cellules normales de la moelle osseuse et provoquer leur migration jusqu’aux régions pré-métastatiques, et ainsi préparer ce nouvel environnement à leur arrivée. Selon les chercheurs, la tumeur émet un signal par l’intermédiaire de la protéine VEGFR1 présente dans les cellules de la moelle osseuse et prépare des niches aux éventuelles tumeurs secondaires en les rendant adhérentes.

La synténine : un régulateur des métastases du mélanome. G. Andujar
Grâce à un modèle d’étude de la métastase spontanée du mélanome, une équipe internationale a identifié un gène jouant un rôle clé dans la progression tumorale du mélanome et la survenue des métastases. En greffant à des rats nouveau-nés des cellules tumorales de mélanomes dans lesquelles ce gène est inhibé, les chercheurs ont réussi à entraîner une régression des métastases pulmonaires.

Une bactérie pour lutter contre le cancer du col de l'utérus. S. Douhi
Le cancer du col de l'utérus, un des plus fréquents, tue chaque année près de 300 000 femmes dans le monde. Dans plus de 99 % des cas, c'est une infection au papillomavirus humain (HPV) qui est responsable de la survenue de ce type de cancer. Très onéreux, les vaccins actuellement à l’essai ne permettent pas une stratégie de prévention à l'échelle planétaire. C'était sans compter le coup de pouce d'une bactérie lactique qui, en stimulant la réponse immunitaire, laisse entrevoir des perspectives de prévention et de traitement à moindre coût.

La mitose impliquée dans la polykystose rénale. S. Douhi
La polykystose rénale est une maladie génétique parmi les plus répandues dans le monde. Elle se caractérise par la formation de kystes au niveau des tubules du néphron, unité fonctionnelle du rein impliquée notamment dans l'épuration du sang. On sait désormais que la formation de ces kystes est le fruit d'une désorganisation des mitoses au cours de la croissance des dits tubules. Et pour la première fois, il est montré qu'une maladie génétique grave repose sur un défaut de « polarité planaire » des cellules.

AUTEUR(S)
G. ANDUJAR, M. CASSELYN, Safi DOUHI

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 2.5 €
• Non abonné : 5.0 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (297 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier