ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Autres revues >>

Biofutur

0294-3506
 

 ARTICLE VOL 34/363 - 2015  - pp.2-3
TITRE
Édito

RÉSUMÉ

Depuis le début des années 2000, la prise en compte de la menace bioterroriste et plus largement du risque biologique est devenue importante pour l’État français. Dès 2003, un réseau National de laboratoires Biotox-Piratox a été créé pour détecter les risques biologiques et chimiques dus aux agents de la menace. En 2005, le gouvernement français a déployé un programme interministériel de recherche et développement contre les risques nucléaire, radiologique, biologique et chimique (NRBC), complété en 2011 par la question des explosifs (devenant le programme NRBC-E). En 2004, Biofutur a publié un dossier intitulé « Bioterrorisme – Quels risques, Quelles ripostes ? » dans son numéro 248, peu de temps après, le numéro 250 poursuivait la discussion sur le thème « Bioterrorisme – de l’analyse aux solutions ». La dizaine d’années de recherche écoulées dans ce cadre a été riche en résultats et en réalisations opérationnelles. Le présent dossier est essentiellement consacré aux nouveaux moyens de détection d’agents biologiques de la menace (toxines, bactéries,virus) en traces ou en mélange. Ceux-ci combinent désormais sensibilité, spécificité, exactitude et rapidité. Certains sont des produits commercialisables et utilisables sur le terrain, actuellement disponibles sur le marché ou en cours de développement. Ces recherches se sont aussi attachées à développer des contre-mesures médicales à l’exposition aux agents biologiques de la menace. Les résultats de ces travaux, en cours de validation, représentent un exemple de recherche duale (militaire et civile) sur des familles d’agents pathogènes peu étudiés à ce jour. En parallèle à la sortie de ce numéro, la France a pris les devants et organise la première conférence internationale « Recherche et Innovation NRBC » à Juan-les-Pins du 16 au 18 mars 2015. Celle-ci accueillera de 250 à 300 chercheurs du domaine des risques nucléaire, radiologique, biologique et chimique mais aussi des primo-intervenants et des industriels. Ce premier rendez-vous interdisciplinaire met en évidence les progrès accomplis au sein de ce champ de recherche et souligne le rôle non négligeable de la France dans cette compétition mondiale.



AUTEUR(S)
Marie-Thérèse MÉNAGER

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (3,10 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier