ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Autres revues >>

Biofutur

0294-3506
 

 ARTICLE VOL 26/280 - 2007  - pp.5-8
TITRE
BIOACTUALITÉ

RÉSUMÉ
Collaboration université-entreprise : l'Europe devant les États-Unis. G. Andujar
Selon une étude à l'échelle européenne réalisée par le réseau ProTon Europe, et financée au titre de l'initiative Gate2Growth de l'Union européenne, les entreprises et les universités ont établi en Europe une collaboration plus étroite qu'aux États-Unis. Cet avantage européen est contre balancé par un transfert de connaissances plus avancé aux États-Unis, se basant sur les brevets et les licences.

Pôles de compétitivité et santé. S. Douhi
Lancés en 2005 par le gouvernement Raffarin, les pôles de compétitivité font aujourd'hui partie intégrante du paysage de la recherche française. Cette nouvelle répartition des moyens fait la part belle à la santé avec pas moins de huit pôles qui lui sont entièrement dédiés.

Le Conseil de l'Europe perd en crédibilité. V. Bagouet
Le créationnisme semble prendre de l'ampleur en Europe. Face à ce constat et pour mesurer l'importance du phénomène, le Conseil de l'Europe s'est saisi de la question. La commission de la culture, de la science et de l'éducation s'est soulevée contre le report d'un débat devant avoir lieu sur le sujet à l'Assemblée parlementaire.

OGM : pas de débat parlementaire mais plus de transparence. V. Bagouet
En mars, la France a transposé par décret une directive européenne réglementant la commercialisation et les essais en plein champ d'OGM. Le maïs à vocation commerciale cultivé en France fait désormais l'objet d'un registre national public.

Émergence de la question du brevet autour des bactéries synthétiques. A. Guiguen
L'institut Venter (Rockville, Maryland, États-Unis) tente, par la demande d'un brevet américain et mondial, de protéger ses recherches sur la fabrication de la première bactérie synthétique; il soulève ainsi de nouvelles interrogations sociales, éthiques et environnementales.

Les Britanniques attendent le feu vert pour créer des embryons hybrides. Propos recueillis par C. Almeida et B. Esteves
Le gouvernement britannique s'apprête à autoriser la recherche avec des embryons hybrides humains-animaux. Un projet pour réformer la loi sur la fertilisation et la manipulation d'embryons humains (1) est en cours d'analyse par le Parlement et une consultation publique sur le thème s'est achevée fin juillet. Le biologiste Stephen Minger nous en dit plus.




AUTEUR(S)
G. ANDUJAR, Safi DOUHI, V. BAGOUET, Anthony GUIGUEN, C. ALMEIDA, B. ESTEVES

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 2.5 €
• Non abonné : 5.0 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (364 Ko)



Mot de passe oubliƩ ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier