ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Autres revues >>

Biofutur

0294-3506
 

 ARTICLE VOL 35/381 - 2016  - pp.2-3
TITRE
SOMMAIRE/EDITORIAL

RÉSUMÉ

Quel rapport peut-il bien y avoir entre le microbiote intestinal, un crustacé capable de se rendre invisible, des colonies de fourmis perchées sur la canopée de forêts d’Amérique Centrale, des formations circulaires sur Mars ou encore un dinosaure vieux d’au moins 66 millions d’années ? En réalité… aucune ! Si ce n’est que les découvertes auxquelles ces exemples sont liés ont donné lieu à la réalisation de clichés, de représentations artistiques ou de micrographies tout simplement, ou plutôt, extraordinairement magnifiques.

Tandis que la nature s’offre à nos yeux sous des formes souvent inattendues, les nouvelles technologies optiques (microscopie, imagerie par résonance magnétique nucléaire, fluorescence, radiotélescopie…) ont fait un formidable bond en avant, nous permettant aujourd’hui de voir l’infiniment petit comme l’infiniment grand, l’infiniment près comme l’infiniment éloigné, à des résolutions jamais atteintes jusqu’ici.

Au-delà des prouesses techniques ou des avancées conceptuelles qui en sont à l’origine, les images de science, qu’elles soient de la vie, de la matière ou de l’univers, ont toujours captivé et captivent toujours les foules, initiées ou non, par leur beauté et parce qu’elles sont la traduction brute de ce qu’il ne nous est pas donné de voir ou de comprendre naturellement. Une fenêtre sur ce qui fait marcher le monde sans que nous en ayons conscience. C’est pourquoi à travers les siècles, les grands scientifiques, en particulier les naturalistes – dont René-Primevère Lesson, auquel nous consacrons un portrait dans ce numéro – se sont passionnément évertués à dessiner dans les moindres détails les merveilles recelées par la nature aux quatre coins du monde.

En cette période de rabougrissement de la pensée rationnelle, défendue parfois au péril de leur vie par les scientifiques et les philosophes des Lumières, au profit de replis idéologiques ou identitaires aux bien tristes conséquences, ces images nous rappellent l’universalité de la pensée scientifique, et qu’elle est le reflet de la vie sur notre belle planète.



AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (5,41 Mo)



Mot de passe oubliƩ ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier